Devops, vous avez dit Devops, mais de quoi s’agit-il ?

Devops avez-vous dit ? Comme c’est étrange. Ce petit mot de 6 lettres grandit avec une force imparable dans l’univers du génie informatique. Pour mieux comprendre sa percée dans la galaxie du software, commençons sagement par le disséquer. Sa tête dev est le raccourci naturel de développement. Sa queue ops est l’abréviation anglaise qui sied pour désigner les opérations. Mais encore, nous direz-vous ? La suite dans cet article.

Devops, c’est l’union qui fait la force !

L’écran est allumé. Bonjour ! À l’image, Dev et Ops se donnent la main. C’est l’union qui fait la force. Ce petit clin d’œil à la devise de nos amis Belges est une façon de saluer Patrick Debois, l’inventeur du nouveau mot Devops. C’est en effet lui qui a posé, pour la première fois, cet étrange vocable sur la table, dans la belle ville de Gand, à l’occasion des premiers « devopsdays », organisés en 2009.
Le Devops évoque un rapprochement entre 2 entités-sœurs qui ont parfois du mal à s’entendre et se comprendre : l’équipe de développement logiciel d’un côté et celle qui gère sa mise en application et le son fonctionnement de l’autre. Entre les lignes, vous l’aurez compris : le concept Devops se pose comme une philosophie qui entend placer l’intérêt général au-dessus de celui de chacun des services.

Instaurer le dialogue entre les développeurs : enjeu majeur.

À bien y regarder, la naissance du Devops est une conséquence logique et naturelle de l’évolution du monde informatique. Aux premières heures de la discipline digitale, la taille relativement limitée des applications, moins connectées les unes aux autres, permettait à une seule et même équipe de gérer un processus de développement logiciel dans sa globalité : de la conception à la maintenance.
Désormais, avec l’évolution frénétique des besoins, la complexification de l’infrastructure et l’explosion vertigineuse des applications, la donne a bien changé : la densification de la charge de travail a progressivement induit son fractionnement. Les salles informatiques ont donc vu naître, distinctement, des équipes de développement focalisées sur la conception en amont (le « build » comme on dirait à Manchester), quand d’autres s’affairaient à la gestion et à l’exploitation en aval (le « run » comme diraient leurs rivaux de Liverpool).
L’émergence de ces 2 teams a permis de voir, peu à peu, qu’elles avaient des priorités différentes et qu’il n’était pas toujours simple de les concilier. Dans le code triangulaire « temps, argent et résultat » qui rythme le système opérationnel de toute entreprise, chacun des deux noyaux entendait les choses d’une autre oreille. C’était Simon par ici et Garfunkel par-là.
Avec son souci de garantir un accès fiable et permanent aux données, le capitaine Ops n’a qu’une seule obsession : le résultat d’abord. Pour lui, les questions de timing et de portefeuille doivent se contenter d’un second rôle. L’amiral Dev, quant à lui, vise toujours la rapidité au moindre coût, au risque de faire souffrir la qualité.

Devops, l’automatisation et l’interaction à tous les étages

L’idée du Devops – que l’on trouve aussi avec la graphie DevOps -, c‘est donc de réaliser des applications et des solutions logicielles en unifiant et en automatisant au maximum les différentes étapes du processus TI (traitement informatique) : les tests, le déploiement, l’intégration, …
En filigrane, la chaîne d’outils Devops encourage une alliance entre le gain de temps et l’efficacité. Cette approche ne pouvait manquer de séduire des entreprises qui ont pignon sur toile, soucieuses de parfaire leur production informatique, à l’image de Google, de la Fnac, d’Amazon et de nombreuses autres.
Ces références de choix ont permis à la méthodologie Devops de gagner du galon. Sa notion de « chaîne d’outils » traduit bien l’interaction qui existe entre les différents modules pour assurer, au bout du bout, un développement logiciel abouti. Ce qu’il faut noter, c’est que les outils Devops ne sont pas le fruit d’une seule et même société de développement, basée ici ou là. Il ne s’agit donc pas, au sens premier, de ce qu’on appelle communément une suite logicielle. En l’espèce, il semble plus judicieux d’évoquer une plateforme de software collaboratif.
Tout en sachant qu’il n’y a pas de cloisonnement – ce qui serait contraire à l’idée initiale -, précisons que les outils de la Devops box sont répartis dans différents tiroirs, en fonction du rôle qui leur est dévolu dans le processus : Plan, Create, Verify, Package, Release, Configure et Monitor.
Vous avez bien compté : il y en a 7. Voilà qui pourrait faire une belle desserte d’atelier ou un joli semainier. Ce que nous y voyons plutôt, chez Itak IT, ce sont 7 notes pour orchestrer votre partition digitale et bénéficier d’une solution data cohérente en toute sécurité

Devops, en phase avec l’esprit Agile

Par son esprit, la méthode Devops est en phase avec la pratique Agile, plus ancienne, articulée autour de 4 valeurs fondamentales : les individus et leurs interactions, les logiciels opérationnels, la collaboration avec les clients et l’adaptation au changement.
Si les deux méthodes se font clairement écho, la portée du Devops est incontestablement plus large et plus ambitieuse, d’autant qu’elle implique un changement notoire dans la culture du développement.

Comment adopter Devops dans votre entreprise ?

L’esprit innovant et performant du Devops a définitivement pris le train de la transformation numérique. En France, de plus en plus d’entreprises ont choisi de l’adopter pour assurer l’intégration continue de leurs solutions logicielles. Si les champions du CAC 40 ont l’occasion d’organiser cette implémentation dans leurs murs, avec des compétences internes, le réflexe est différent pour les PME.
Pour profiter des meilleurs outils et d’une expertise up to date pour un déploiement continu – ce qui est parfois difficile à financer en interne -, les petites et moyennes entreprises sont de plus en plus nombreuses à confier leur informatique à des sociétés d’infogérance.
Les solutions informatiques sont alors étudiées et gérées en mode externalisation, avec le concours de partenaires hautement spécialisés, comme Itak IT, expert reconnu des solutions Devops sur Paris et en l’Ile-de-France.
Pour débattre des perspectives adaptées à votre environnement informatique et aux spécifications de votre entreprise, n’hésitez surtout pas à nous appeler pour établir un premier contact.

[3cx-clicktotalk id="1612" title="Live Chat & Talk item 1"]